Le Merle Blanc
L'oiseau rare existe !


Barre de navigation ]


Le Merle Blanc est le nom d'un quartier brestois, mais aussi celui d'un certain nombre d'autres lieux un peu partout en France. Si l'on ignore souvent pourquoi ces lieux ont été ainsi nommés, on sait qu'au sens figuré "merle blanc" désigne quelque chose d'introuvable ou d'inexistant. Pourtant, l'oiseau mythique existe bel et bien, en voici la preuve en images.



Dans nos régions, un merle totalement blanc est simplement un Merle noir (Turdus merula) frappé d'albinisme. C'est une mutation génétique, assez rare, qui le rend incapable de synthétiser un pigment nommé mélanine. C'est ce pigment qui colore normalement en noir les plumes du mâle, mais aussi des cellules qui tapissent le fond des yeux. C'est pourquoi, vus sous certains angles, les yeux des merles blancs paraissent plus ou moins rougeâtres. C'est la même chose chez les albinos humains et dans d'autres espèces.

Merle albinos

  Merle albinos

Photo de Merle albinos prise en Grande-Bretagne par Dean Eades, diffusée notamment sur cette page du site uksafari, et reproduite avec l'aimable autorisation de l'auteur. Cliquer sur l'image pour visiter son site de photos de nature.   Photo de Merle albinos prise au Danemark par Dennis Noel, diffusée initialement sur ce site et reproduite, sans indication de source, sur plusieurs autres. La rougeur des yeux se voit bien sur cette image. Cliquer dessus pour l'agrandir.

Aquarelle
  Merle américain

Bien avant l'apparition de la photographie, les merles blancs ont inspiré les créateurs d'images. Voici une aquarelle du peintre français Nicolas Robert (1614-1685), assez réaliste en ce qui concerne la représentation de l'animal, y compris quant à la rougeur des yeux. Cliquer sur l'image pour la voir plein cadre.   L'albinisme frappe aussi le merle d'Amérique (Turdus migratorius), dont l'individu à gauche montre le plumage normal note ]. Aussi rares soient-ils, les merles blancs sont donc répandus à travers le monde. Photo de Dominic Gendron, reproduite avec son aimable autorisation. Cliquer sur l'image pour visiter son site.


Il existe chez les merles une autre anomalie de coloration, le leucisme. Le plumage de l'oiseau se présente comme une sorte de mosaïque de taches blanches et de taches noires, d'étendue variable, et les yeux sont pigmentés normalement. Les photos ci-dessous, légèrement recadrées (cliquer dessus pour les agrandir), en présentent des exemples.

Merle leucique

  Merle leucique

Merle leucique photographié en Italie. Source : image postée par son auteur, Franco Visintainer, sur Wikimedia, reproduite sous license Creative Commons.   Merle leucique photographié dans un parc à Bordeaux. Source : site de Philippe Coudray, image reproduite avec l'aimable autorisation de l'auteur.

Dans notre quartier lui-même, un merle leucique, dont seules les plumes du bord extérieur de la queue étaient blanches, était régulièrement observé à la belle saison de l'an 2000. Mais il était trop farouche pour se laisser photographier.



À l'île de la Réunion, par ailleurs, on appelle "Merle Blanc" une espèce particulière (Lalage newtoni, encore récemment nommée Coracina newtoni) que montre cette image. On l'appelle aussi "Tuit-Tuit", "Échenilleur", ou encore "z'oiseau couillon". Parmi la faune locale, elle fait partie des espèces endémiques (qui se rencontrent uniquement sur cette île). Menacée par la prolifération des rats et des chats, elle est au bord de l'extinction, et sa rareté la rend presque aussi mythique que notre Merle Blanc.



Lien de retour non disponible
(Accès direct ou REFERER désactivé)


Accueil ] [ L'Association ] [ Adhérer ] [ Nos actions ] [ Les repas de quartier ]
Hier et aujourd'hui ] [ Présentation du quartier ] [ Visite en images ] [ D'où vient le nom ? ] [ Merle ou Maërl ? ]
Incivilités ]


Nous écrire :

cliquer pour envoyer un message

Cliquer sur l'adresse pour poster en ligne
Pas de SPAM : circulaires, publicité, sollicitations commerciales, etc. Merci !